LA MECENE DE PICASSO

Alejandro.CANSECO-JEREZ        35€    

RESUME :

Écrire la biographie d'une inconnue, ou plutôt d'une méconnue n'est pas tâche facile, d'autant plus que l'appréhension du phénomène mécénal d'Eugenia Errázuriz, est rendue difficile par le fait que toute son activité s’est déroulée dans une sphère strictement privée. Contrairement à ses protégés, Eugenia n'a jamais occupé une place de premier plan ou agi publiquement, rendant ainsi encore plus difficile la compréhension de la véritable importance de son action. C'est pourquoi, aujourd'hui, après nous être consacré à un court essai biographique (où nous dévoilons ses désirs, ses goûts, ses motivations, ses volontés, ses caprices), nous essayons de repenser les fondements de son action d'un point de vue critique. Pour Eugenia le point de départ c'était : d'abord, la rencontre personnelle avec l'artiste, ensuite, l'adhésion esthétique à son œuvre, et finalement, l'engagement sans faille auprès du créateur, engagement cherchant à agir autant sur sa personne que sur sa production et cela jusqu'à ce que son protégé atteigne son autonomie financière. A ce sujet, Jacques Leenhardt a écrit "Le mécène est celui qui établit avec les artistes, et non pas seulement les œuvres d’art, un lien où prédomine l’interdépendance entre débiteur et créancier. Il sait transformer sa fortune, accumulation d’équivalent général (argent), en relation qualitative. Sa réputation de mécène, ce bien symbolique qu’il poursuit afin de donner une noblesse à la vulgarité de l’accumulation, il la doit à l’artiste. C’est grâce à la qualité de l’échange qu’il saura établir avec les artistes de son cercle, comme fit Eugenia Errázuriz, que la quantité d’argent mise en jeu sera ennoblie. Le mécène fait le bien de l’artiste d’abord, éventuellement de l’art en général, mais ce bien doit, pour avoir la valeur recherchée sur le marché des biens symboliques, concerner la personne de l’artiste (ou éventuellement du public de l’art) et non pas seulement ses œuvres" .
4ème DE COUVERTURE :

« Il y avait une chilienne qui disait : Moi j’ai trois amours, j’ai mon peintre, j’ai mon musicien et puis j’ai mon poète. Le peintre c’était Picasso, le musicien Stravinsky. Le poète c’était Blaise [Cendrars] bien sûr » Témoignage de Raymonde Duchâteau, cité par Miriam Cendrars. « Je n’ai jamais connu personne qui ait un goût aussi infaillible, à croire qu’elle est sorcière » Témoignage de John Singer Sargent, cité par Arthur Rubinstein « J’y fis la connaissance de Mme Eugenia Errázuriz […] La sympathie qu’elle me témoigna dès le prime abord, et qui devint par la suite une amitié qui ne s’est jamais démentie, me toucha profondément et j’étais heureux de trouver en elle une finesse de compréhension sans pareille pour un art qui n’était plus celui de sa génération » Igor Stravinky « Eugenia n’avait pas besoin de peindre ni d’écrire parce qu’elle concevait la vie toute entière comme un acte de création, comme une forme d’art moderne » Pablo Picasso, cité dans la Revista el Mundo « Il est, je l’espère, évident qu’à un certain moment dans l’évolution de Picasso, la présence d’Eugenia Errázuriz à ses côtés a été déterminante pour son épanouissement […] Le Picasso des années d’après-guerre fut indéniablement, pour une bonne part, la création de son égérie chilienne » Douglas Couper
SOMMAIRE

AVANT - PROPOS

PROLOGUE

PREMIERE PARTIE 1860 – 1915
NÉE SOUS UNE BONNE ÉTOILE
1.-L’Indienne
2.-La terre des ancêtres
3.-L’étoile de l’orpheline
4.-Les règles du jeu
5.-Épouse de peintre
6.-Sur les pas des Impressionnistes

Á LA CONQUÊTE DE L'EUROPE
7.- "Tous à Paris !"
8.- A Venise avec Sargent
9.- Dans le triangle d’or
10.- Les bals
11.- Rastaquouères
12.- Chez les grands couturiers

L’ÉVEIL DU GOÛT
13.- Rodin
14.- Le buste de Madame Vicuña
15.- La Cariatide
16.- Commandes et marchandages
17.- Blanche, Helleu et Boldini

AU CŒUR DE LA SMART-JET
18.- Une étrangère parmi nous
19.- Barons et ambassadeurs à Londres
20.- Les nocturnes de Whistler
21.- De fleurs d’orangers et de bruyère blanche
22.- Rupture et émancipation
23.- Dans le cercle de Misia

DEUXIEME PARTIE 1916 – 1919
VOCATION D’UN MÉCENAT
24.- Arthur Rubinstein
25.- Trois Chiliens exubérants
26.- Vers l’Espagne
27.- Une fée ouvre les portes du Nouveau Monde

EUGENIA, BLAISE, IGOR, PABLO ET LES AUTRES
28.-Blaise Cendrars
29.-La dame et son poète
30.-Diaghilev et les Ballets russes
31.-À la cour d'Alphonse XIII
32.-Igor Stravinsky
33.-Rencontre avec Pablo Picasso
34.-Hypothèse d’une rencontre inattendue
35.-Soirée de Babel chez Eugenia
36.-Une soirée chez Gertrude Stein
37.-Sautes d'humeur
38.-Le Rossignol nègre de Cocteau

ARTISTES CHILIENS A PARIS
39.-"L'unique Patagon de Paris"
40.-Lyre et Palette
41.-Nord-Sud
42.-Se faire une petite place à Paris

UNE EGERIE SE REVELE
43.-Les dessins de Max Jacob
44.-"L'homme accoudé à une table"
45.- La collection d’Eugenia
46.- Un costume bleu pour Picasso
47.- Ennuis et lamentations
48.- Madame Errázuriz en bénédictine espagnole
49.- Une égérie dans la vie de Picasso
50.- Picasso en smoking
51.- Séparation et installation à Biarritz
52.- Les Armoires chinoises et les astres
53.- Des sous, toujours des sous
54.- Une nouvelle vie
55.- Un S.O.S. de Stravinsky
56.- Eugenia, Pablo et Blaise chez les brocanteurs

L' UNIVERS DE BIARRITZ
57.- La peur, toujours la peur
58.- Rien ne va
59.- La Mimoseraie et son mythe
60.- Lune de miel à Biarritz
61.-Production de Picasso à la Mimoseraie
62.- Rencontre avec les marchands d'art
63.- Des pêches qui dorment dans une corbeille
64.- “Faut être bête et sale…”
65.- Les fresques de La Mimoseraie
66.- Pour Eugenia
67.- Les funérailles du poète
68.- Proust et le “Temps retrouvé”

ENTRE LONDRES, PARIS ET BIARRITZ
69.- Retour à Londres
70.- Un paletot pour Picasso, un autre pour Cendrars
71.- Mon seul espoir
72.- Autour du Tricorne
73.- A nouveau en France
74.- Retour au cénacle des artistes

L’ART DE LA DECORATION
75.-Genèse du goût
76.-Le mystère de l’intuition
77.-Le perpétuel renouveau
78.- Raffinement, dépouillement et …mysticisme ?
79.- Le meilleur disciple : Jean-Michel Frank

TROISIEME PARTIE 1920 - 1939
MONDANITES ET MECENAT
80.- Max Jacob à l'hôpital
81.- Palma de Majorque
82.- Une famille malheureuse
83.- Tant pis pour vous
84.- Stravinsky à Biarritz
85.- Arthur à la Mimoseraie
86.- Une maison à Anglet
87.- Mondanités et mécénat
88.- Les photos de Man Ray
89.- Soirées drôles avec Eugenia
90.- "Le diable va vous punir"
91.- Mort de José Tomás Errázuriz
92.- Le mystère d'un non retour
93.- La sulfureuse Elsa Schiaparelli
94.- Shocking
95.- L’abandon de La Mimoseraie
96.- Le bal des matières
97.- L’âge d’or

UNE CHARMANTE SEPTUAGENAIRE
98.- Ne pas céder aux larmes
99.- Victoria Ocampo
100.- Dans le centre de Biarritz
101.- Rue Saint-Honoré
102.- Un mot de Drian
103.- Olga et Pablo se séparent
104.- Un poème de Picasso
105.- Une vente mystérieuse
106.- Dora Maar
107.- Guernica
108.- Dora et la vieille dame
109.- Départ des enfants pour le Chili
110.- L’mage d’Eugenia dans son pays
111.- La mort de Max
112.- Entre Paris et Biarritz
113.- Les mondains
114.- L’exil de Frank à Buenos-Aires

QUATRIEME PARTIE 1940 - 1952
DERNIERES ANNEES A BIARRITZ
115.- "La maison la plus horrible"
116.- L’adieu de Schiap
117.- Sans pied-à-terre à Paris
118.- Les amies d’Argentine
119.- Dans l’ombre du malheur
120.- Les petits papiers
121.- Une vie spartiate
122.- Loin, très loin de la guerre
123.- La visite des ambassadeurs en poste à Berlin
124.- L’ami de toujours
125.-"Je ne peux pas rester sans manger"
126.- "Nous prions Dieu qu'il ne nous arrive rien ici"

DERNIERS COMBATS
127.- La fin de la guerre
128.- "Un grand cauchemar"
129.- Pérégrination à La Mimoseraie
130.- "Ma vie se raccourcit"
131.- La vieille dame à l'amitié fidèle
132.- Solitude
133.- Les lignes sont en train de disparaître
134.- La visite de Marie-Thérèse et de Maya
135.- A la veille de la grande traversée
136.- La colombe

LE RETOUR
137.- Dernière révolte, dernier combat !
138.- Nouvelle notoriété
139.- Les petits trésors
140.- Au cœur de Santiago
141.- L’accident de voiture
142.- L’après
143.- Le sort de La Mimoseraie et des fresques

Epilogue

FICHE TECHNIQUE :

Auteur/Autor: Alejandro CANSECO-JEREZ
Titre/Titulo: LA MECENE DE PICASSO
Reccueil et Prologue/Recopilación y prólogo:
Conception graphique couverture et interieur/Diseño gráfico portada e interior: Valentina Canseco-Jerez
Diagrammation numérique/Diagramación digital: Aurore
N° de Pages/Páginas: 354
Format/Dimensión: 160 x 240 Ouvert/Abierto: 240 x 320
Impression/Impresión: recto quadri digital
Papier/Papel: offset ivoire 90 grammes
Finition/Terminación/: dos carré collé
Édition princeps numerotée/Edición príncipe numerada: de 1 à 300
Imprimeur/Imprenta: Imprimerie Pierron, Sarregemines-France
Achevé d'imprimer/Terminado de imprimir:
Dépôt legal/Déposito legal:
ISBN: 978-2-917042-02-1
Prix: 35 €
Frais de port France/Envío postal Francia: 3.70 € en lettre
Frais de port Europe/Envío postal Europa: 0.00 €
Frais de port Amériques/ Envío postal Amériques: 12.00 €




Bon de commande   /  Ajouter au panier


©2008-2010 Artextos | php by cyprien et nicolas